Douleur

L’imprudence du moment
Rejoint mon âme craintive
L’arrête a brisé la main
Du chaos
Le chant de l’oiseau en vol
S’est suspendu
Des couleurs sont tombées
Légèrement une à une sur le sol

Galantes sont les amours tardives

Des mots pleurent et s’emmêlent sur la page
La fin de l’histoire circoncit…l’homme
Être de souffrance
L’espoir a perdu son souffle
Il s’est réfugié sous un porche endeuillé
Les corneilles ont crié leur désaccord
Aux promeneurs surpris
Croassant le cri du jour

Doucement je frotte ma joue
Contre la tienne

L’aiguille traverse le seuil
De la douleur
Qui a élu domicile
Se vautre et envahit
La chambre des lumières
Celle-ci ne veut plus bouger
Résiste aux pilules
Et aux menaces
Montrant du doigt l’enfant
Qui joue et oublie tout….

21.11.2015 /03.01.2016